Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 11:19

 

DEUX TONNES D’ANIMAUX SAUVAGES SAISIS ET PAS DE POURSUITES ?!

English version below (merci à Maxine)

 

25janvier 2017 à l’aube :

Lors d’une patrouille effectuée au marché des produits frais et vivants de Wangdingdi (王顶堤) de la ville de TIANJIN (天津), les volontaires de la protection de la faune ont découvert un magasin de distribution illégal ainsi que des véhicules.

Un comptage préliminaire montre qu’il y avait 20 sacs contenant des lièvres, des faisans sauvages et des canards sauvages dans les véhicules ainsi que des faisans sauvages congelés dans deux congélateurs du magasin.

Au total, plus de deux tonnes d’animaux sauvages.

Le véhicule transportant des animaux sauvages :

Le congélateur :

Les volontaires ont tout de suite alerté la police. Ensuite, coopérant avec les agents gouvernementaux, ils ont emmené les sacs contenant les animaux au commissariat de police pour y faire un inventaire.

Parmi ces animaux, un chat léopard, qui fait l’objet d’une protection nationale de deuxième catégorie, 26 canards sauvages de plusieurs sortes (y compris des harles bièvres, tadornes casarca, canards à bec tacheté, canards colvert), 273 lièvres, 597 faisans sauvages.

Les exploiteurs illégaux ont pris la fuite. Des membres de leurs familles ont été conduits au commissariat.

La cour du commissariat jonchée de cadavres d’animaux sauvages :

Chat léopard :

Regardez, le cercle blanc entourant le cou de ces faisans est complet :

Plusieurs sortes de canards sauvages.

Que stipulent le code pénal et « La Réglementation sur la Protection de la Faune Terrestre » de la République Populaire de Chine (R.P.C.) ?

Articles 341 et 312 du code pénal : « L’achat de plus de 50 pièces d’animaux sauvages, étant parfaitement conscient de leur provenance illégale, est reconnu coupable de dissimulation des gains illégaux et fait l’objet de peines ».

Article 26 de la Réglementation sur la Protection de la Faune Terrestre : « L’exploitation illégale d’animaux sauvages faisant partie des Trois Références (être bénéfique, avoir une haute valeur économique, avoir une haute valeur pour la recherche scientifique), avec circonstances aggravantes fera l’objet d’une poursuite pénale sur l’exploitation illégale stipulée par l’article 225 du code pénal. L’achat et la vente illégal d’animaux faisant l’objet d’une protection nationale clé de la deuxième catégorie enfreint l’alinéa 1 de l’article 341 du code pénal, constitue ainsi le crime d’achat des animaux sauvages précieux et en danger de disparition ».

Si tous ces oiseaux sont des oiseaux sauvages et qu’ils ont été empoisonnés par carbofuran, alors cette affaire doit faire l’objet d’une enquête sur l’infraction de la production et de la commercialisation des produits alimentaires toxiques.

Article 144 : définition et évaluation des peines pour la production et la commercialisation des produits alimentaires toxiques.

« Le fait d’ajouter des matières premières non-alimentaires toxiques, ou de commercialiser sciemment ces produits, pourrait entraîner une peine de 5 ans maximum d’emprisonnement ou être mis en détention, et/ou payer une amende d’une valeur correspondant à la moitié jusqu’au double du montant de la vente».

«Une peine d’emprisonnement allant de 5 ans à 10 ans et une amende d’une valeur correspondant à la moitié jusqu’au double du montant de la vente si cela entraîne de graves accidents d’intoxications alimentaires ou de maladies graves d’origines alimentaires, causant des préjudices graves pour la santé humaine».

En cas de morts humaines ou de très graves nuisances pour la santé humaine, des peines seront infligées en vertu de l’article 141 de la loi.

Membres des familles de suspects : « Tous ces animaux sont des animaux d’élevage ! »

La police : « Ces animaux ne font pas l’objet d’une protection clé, vous ne pouvez que contacter les médias».

Nous aimerions savoir : Où peut-on élever avec succès des harles bièvres, des tadornes casarca et des chats léopards ?

Le soir même, les volontaires ont été informés par la police criminelle que cette affaire n’était pas susceptible de poursuites pénales, que tous les animaux sauvages devraient être remis au service des affaires industrielles et commerciales !!

Voyez l’insolence du frère du propriétaire du magasin. Il se met dans une violente colère au sein même du commissariat (vidéo) :

https://youtu.be/PH2SUVHWrmU

https://youtu.be/PeO9DI_H-tM

Nous souhaitons que la municipalité de TIANJIN punisse sévèrement, conformément à la loi ces exploiteurs illégaux afin de dissuader (d’autres individus) pour que ne soient pas tués et trafiqués plus d’animaux sauvages.

 

TRICHE SUR LES PERMIS D’ELEVAGE DES ANIMAUX SAUVAGES EN CHINE :

Le 12 mars 2015 à JINING (province de SHANDONG), sest ouvert le procès sur un gigantesque trafic danimaux sauvages. Les criminels (dont LIU Wu刘武 et GAO Jixing 高吉星) ont été condamnés pour la falsification de tampons, lachat, le transport et la vente illégal d’animaux sauvages précieux ou en voie de disparition.

Deux éléments --- pourtant essentiels---, ont été soigneusement « ignorés » : la provenance des animaux sauvages (élevés ? capturés de la nature ?) et l’obtention du permis d’élevage et de reproduction.

Pourquoi ?

Voici quelques photos qui en disent long.

1, « Permis d’élevage et de reproduction de la faune de la province de SHANDONG » (copie : espèces autorisées) :

2, Liste des espèces autorisées :

3, Seulement deux espèces font l’objet d’une interdiction de capture dans la nature. On peut comprendre que toutes les autres espèces peuvent être capturées en pleine nature:

Or, selon des scientifiques chinois, la plupart de ces animaux NE PEUVENT PAS être élevée ou reproduite artificiellement. Techniquement impossible !!

Cas similaires en province de GUANGDONG (广东) dont des hérons pourprés en provenance de 3 « élevages et reproduction artificiels » situés dans la province dANHUI (安徽):

Début 2015, 8 tonnes danimaux sauvages ont été saisis, tous venant dun « élevage » de la province de SHANXI (陕西). Le service provincial concerné confirmait que les « éleveurs » étaient bien munis de « permis » or lon sait que ces animaux sauvages ne peuvent pas être « élevés » artificiellement. Pressé de questions, voici leur réponse : « Ce sont des secrets commerciaux ! »

 

En Chine, ce sont les services des affaires sylvicultures qui délivrent les « Permis d’élevage et de reproduction des animaux sauvages ».

En Chine, ce sont les MEMES services des affaires sylvicultures qui assurent le contrôle et la surveillance de leurs PROPRES productions.

 

xxx

 

 

TWO TONS OF WILD ANIMALS SEIZED AND NO LEGAL PROCEEDINGS?!

January 25th at dawn:

During a patrol carried out at the Wangdingdi (王顶堤) market of fresh and living products in the town of TIANJIN (天津), volunteers of wild animal protection discovered a shop of illegal supplies, as well as vehicles.

A preliminary count shows there were 20 bags of hares, of wild pheasants and ducks in the vehicles, and also frozen wild pheasants in two freezers in the shop.

A total of more than two tons of wild animals.

The vehicle carrying wild animals:

The freezer:

The volunteers immediately alerted the police. Then, cooperating with government agents they took the bags containing the animals to the police station in order to establish an inventory.

The illegal exploiters ran off and their family members were taken to the police station

Among these animals, one leopard cat which is under 2nd category national protection, 26 wild ducks of several types, (including Common Merganser, Ruddy Shelduck, Spot-billed Duck and mallard,) 273 hares, 597 wild pheasants.

The illegal exploiters fled and members of their families were taken to the police station.

The police station court yard covered with the dead bodies of wild animals:

Leopard cat:

Look, the white circle around these pheasants' necks is complete:

Several types of wild duck.

What are the stipulations of the penal code and «The regulations on the protection of terrestrial wildlife» in the Peoples' Republic of china (PRC)?

Article 341 and article 342 of the penal code: «the purchasing of more than 50 units of wild animals, being perfectly aware of their illegal origin, is recognised guilty of concealment and hiding of illegal profit and is subject to penalties. »

Article 26 of the Regulations on the protection of terrestrial wildlife: «the illegal exploiting of wild animals being part of the Three References (to be beneficial, having a high economical value, having a high value for scientific research) with aggravating circumstances, will be subject to legal proceedings on illegal exploitation stipulated by article 225 of the penal code. The illegal purchasing and sale of animals subject to national key protection of the second category contravenes the paragraph 1 of article 341 of the penal code, so constituting the crime of purchasing precious wild animals in danger of extinction».

 

If all these birds are wild birds and they've been poisoned by carbofuran then this affair must be subject to an enquiry on the production and commercialisation of toxic food products.

Article 144: definition and assessment of punishment for the production and commercialisation of toxic food products: « The fact of adding toxic non-food raw materials, or of knowingly commercialising these products, could incur a penalty of 5 years maximum of imprisonment or of being taken into custody, and/or of paying a fine corresponding to 50% or twice the sum of the sale».

«A prison sentence of between 5 and 10 years and a fine of 50% or twice the sum of the sale if it leads to serious food poisoning accidents or of serious food- related illnesses, causing serious prejudice to human health».

The sentences are imposed in virtue of article 141 of the law if it causes a human death or very serious harm to human health.

Here is the spectacular turning point of this affair:

The suspects' family members: « All these animals come from a breeding farm»!

The police: « These animals are not subject to a key protection programme, you can only contact the media».

We would like to know: where can you breed successfully Common Mergansers, Ruddy Shelducks and leopard cats?

The same evening, the volunteers were informed by the criminal police that this affair was not subject to criminal prosecution and that all the wild animals had to be handed over to the service of industrial and commercial affairs!!

Look at the rudeness of the shop owner's brother. He becomes extremely angry even in the police station (video):

https://youtu.be/PH2SUVHWrmU

https://youtu.be/PeO9DI_H-tM

We want the TIANJIN municipality to severely punish, in compliance with the law, these illegal exploiters, to dissuade (other individuals), in order to avoid further killing and trafficking of wild animals

 

STRATAGEMS FOR THE BREEDING PERMITS OF WILD ANIMALS IN CHINA

On 12th March2015 in JINING (province of SHANDONG), a trial opened on a huge traffic of wild animals. The criminals (LIU Wu刘武 and GAO Jixing 高吉星) were found guilty of the counterfeiting of stamps, the purchasing, transport and the illegal selling of precious wild animals in danger of extinction.

Two elements----though essential---- were carefully «ignored»: the origin of the wild animals (bred? caught in the countryside?) and the obtaining of the breeding and reproduction permit.

Why?

Here are a few photos which tell a story.

1, «Breeding and reproduction permit of wild animals in the province of SHANDONG» (copy: authorised species):

2, List of authorised species:

3. Only two species which are subject to a ban of capture in the wild. It can be understood that all other species can be caught in the countryside:

BUT, according to Chinese scientists, the major part of these animals CAN NOT be bred or reproduced artificially. Technically impossible!!

Similar cases in the province of GUANGDONG (广东) of which the purple herons coming from three «artificial breeding and reproduction farms» in the province of ANHUI (安徽).

At the beginning of 2015, 8 tons of wild animals were seized. They had all come from «a breeding farm" in the SHANXI (陕西) province. The provincial service concerned confirmed that the «breeders» were in possession of «permits», although we know that these wild animals cannot be «bred» artificially. Pressed for answers, their reply was: «Those are commercial secrets»!

In China, it is the forestry service which delivers the «Wild animal breeding and reproduction Permit».

In China, it is the SAME forestry service which controls and monitors its OWN deliveries.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bragance
commenter cet article

commentaires

Bragance

  • Une loi pour les animaux de Chine
  •  Promouvoir une législation chinoise en faveur des animaux du pays.
  • Promouvoir une législation chinoise en faveur des animaux du pays.

Causes

no dog meat blog bragance urgence animaux de chine

Rejoignez notre groupe Causes sur face book

Poroposition de loi pour les animaux de Chine

LIRE